Transports : Pécresse et Huchon s’écharpent sur l’aide aux sans-papiers

Posted by: | Posted on: février 2, 2014

ECRYPTAGE – Valérie Pécresse a demandé jeudi la fin des réductions dans les transports d’Ile-de-France accordées aux étrangers bénéficiant de l’Aide médicale de l’Etat (AME). La majorité socialiste a dénoncé ces propos. Mais personne n’a cité de chiffres vérifiables…

Comme un parfum de campagne, un an en avance. La gauche francilienne, du président PS de la région Jean-Paul Huchon aux groupes EELV et PRG-MUP, a très vivement dénoncé jeudi l' »extrême droitisation » de Valérie Pécresse (UMP), qui a contesté les réductions dans les transports accordées aux étrangers bénéficiant de l’Aide médicale de l’Etat (AME). L’élection du conseil régional aura lieu en 2015, mais les deux camps s’écharpent déjà.

Dans une interview au Parisien/Aujourd’hui en France, Valérie Pécresse, chef de file de l’opposition au conseil régional d’Ile-de-France, s’est prononcée « pour la suppression de cette aide » aux transports, qui, selon elle, coûterait « autour de 80-100 millions d’euros » par an. L’AME, mise en place en 2000, est destinée aux étrangers en situation irrégulière résidant en France depuis plus de trois mois. Selon des chiffres issus d’un rapport parlementaire du député UMP Claude Goasguen (qui cite des chiffres du ministère de la Santé), il y aurait 167.293 bénéficiaires de l’AME dans la région au premier trimestre 2013.

Les réductions dans les transports concerneraient 125.000 personnes, a ajouté Valérie Pécresse.

Faux, répond dans un communiqué l’exécutif régional, à majorité socialiste. Selon le conseil régional, en « 2013, il y avait moins de 110.000 bénéficiaires du droit à la réduction CMU-C (couverture maladie universelle – complémentaire, destinées aux plus pauvres) et AME confondus », donc « le nombre de bénéficiaires de l’AME est nécessairement inférieur à cela ». Le coût pour la région des réductions pour les étrangers concernés « est de 10 millions d’euros », a-t-on ajouté. Contacté par leJDD.fr, le Syndicat des transports d’Ile-de-France maintient ces chiffres, expliquant que le communiqué de la région « fait foi ».

110.537 bénéficiaires?

Pourtant, les rapports officiels du Stif sur ce dispositif n’indiquent pas les mêmes chiffres.

Selon un rapport du syndicat publié en août 2013, il y aurait 318.017 bénéficiaires de cette réduction au titre de l’AME et de la CMU-C, quand la région en évoque « moins de 110.000 » dans son communiqué. Valérie Pécresse évoque, elle, 125.000 bénéficiaires au titre de l’AME. Ils seraient en fait 110.537 selon ce rapport.

Difficile d’y voir clair, puisqu’aucune des parties ne cite des chiffres vérifiables. Reste le débat politique. Jean-Paul Huchon s’est dit « stupéfait ». « Que reste-t-il de républicain dans de tels propos? (…) La course à l’extrême droitisation de l’UMP régionale et à la démolition stérile systématique ne fait pas un projet », a-t-il déploré. L’exécutif régional a rappelé que la tarification sociale dépend de la loi SRU et qu’en « 2004, le Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France) alors dirigé par l’Etat et le gouvernement Raffarin (UMP), a décidé d’étendre l’aide aux bénéficiaires de la CMU-C et de l’AME ». De plus, « en 2012, le groupe UMP, dirigé par Mme Pécresse, a voté la reconduction de la tarification sociale en Ile-de-France », a souligné la région, y voyant donc « un manque de cohérence ».





Comments are Closed