Lycéens expulsés: Khatchik, emblème des jeunes majeurs en situation irrégulière

Posted by: | Posted on: octobre 24, 2013

SOCIETE – Le jeune homme de 19 ans a été expulsé vers l’Arménie le 12 octobre…

Ce lundi matin, Khatchik Kachatryan a passé une visite médicale en Arménie, pour déterminer s’il est apte au service militaire. «Je ne veux pas le faire, mais c’est obligatoire», lâche-t-il. Dix jours après son expulsion du territoire français, le jeune homme de 19 ans répète au téléphone son triple objectif: «Je veux rentrer en France, rejoindre mes parents et continuer mon école». Le cas de cet étudiant en CAP au lycée professionnel Camille-Jenatzy (18e arrondissement de Paris), renvoyé en Arménie le 12 octobre, a surgi la semaine dernière en pleine affaire Leonarda. Et a mis en lumière la situation particulière de ces jeunes, âgés de moins de 18 ans à leur arrivée en France puis devenus majeurs. 

«L’Etat français crée des jeunes expulsables», s’étrangle une ancienne enseignante de Khatchik: «Ils sont pris en charge quand ils sont mineurs et tout s’arrête quand ils sont majeurs!» «En tant qu’enseignante de l’Education nationale, ma mission-même est d’inscrire dans des projets de longue durée mes élèves, qui vont ensuite être expulsés», poursuit-elle, pointant les «contradictions» de l’Etat. Si le jeune Arménien a été arrêté, «beaucoup se cachent» pour ne pas subir le même sort, assure-t-elle.

La circulaire Valls, du «foutage de gueule»

Brigitte Wieser, membre du Réseau éducation sans frontière (RESF), dit avoir reçu «plusieurs appels de lycéens inquiets» après l’expulsion de Khatchik. «Ils demandent si ça peut leur arriver aussi, alors qu’ils se croyaient protégés.» Selon RESF, c’est la première fois depuis 2006 qu’un jeune majeur scolarisé à Paris est renvoyé hors des frontières. Il y a sept ans, «il s’appelait Jeff et l’expulseur s’appelait Sarkozy», note le réseau sur son site.

Alors la circulaire publiée par Manuel Valls samedi pour durcir l’interdiction d’intervention à l’école, c’est «du foutage de gueule», selon Brigitte Wieser. Elle est même «en deça de celle de Sarkozy en 2005», s’agace la militante.

Pour une «sanctuarisation de l’éducation»

Selon elle, c’est «la loi qui pose problème et qu’il faut changer». «On demande un changement de politique radicale en terme d’immigration de la part du gouvernement», renchérit Ivan Dementhon, le président du syndicat lycéen UNL. Il faut selon lui «non pas une sanctuarisation de l’école», comme le proposent François Hollande et Vincent Peillon mais «une sanctuarisation de l’éducation» afin que «tous les jeunes, qu’ils soient mineurs ou majeurs puissent rester en France avec leur famille pour étudier.

Khatchik Kachatryan, lui, suit depuis l’Arménie la mobilisation autour de son cas. Et espère quitter vite ce pays où il «ne trouve pas sa place».

 

Source : http://www.20minutes.fr/societe/1239689-20131021-lyceens-expulses-khatchik-embleme-jeunes-majeurs-situation-irreguliere





Comments are Closed