novembre, 2014

now browsing by month

 
Posted by: | Posted on: novembre 19, 2014

Sans-papiers: les associations « alarmées »

La France a « enfermé toujours aussi massivement » en centre de rétention les sans-papiers en 2013, a dénoncé ce matin le secteur associatif, en appelant à revoir les projets de loi sur les étrangers qui doivent être examinés sous peu.

« La France a enfermé et enferme toujours autant de personnes étrangères, y compris les plus vulnérables », soulignent dans leur rapport annuel les associations habilitées à intervenir en centre de rétention administrative (CRA). Au total, plus de 45.000 personnes ont été enfermées en centre de rétention l’an dernier, selon les associations (Assfam, Forum-Réfugiés-Cosi, France Terre d’Asile, Cimade, Ordre de Malte). C’est un niveau un peu plus faible que celui de l’année précédente (47.000).

Les associations s’alarment de la « nette augmentation » du nombre de mineurs placés en rétention, qui étaient plus de 3.600 en 2013 (contre près de 2.700 l’année précédente), essentiellement à Mayotte. En métropole, 95 enfants étaient concernés, dont « 55 enfermés illégalement dans des LRA » (locaux de rétention administrative). « Au total, 227 enfants ont été enfermés illégalement en LRA cette année », dénonce le rapport.

Pour ce qui est des mesures d’éloignement, près de 52.000 personnes ont été expulsées l’an dernier, avec une forte progression (+15%) des retours forcés, au détriment des aides au retour. Près de la moitié des éloignements sont concentrés en outre-mer, où ils ont lieu « de manière expéditive », affirme le rapport.

En métropole, des citoyens européens, essentiellement des Roumains, comptent parmi ces expulsés, notent les associations, qui déplorent les efforts « abusifs et absurdes » pour éloigner ces ressortissants communautaires.

Jugeant que ces constats « mettent à mal la pertinence du nouveau projet de loi » sur le droit des étrangers, les associations appellent à une « révision profonde » du texte. Elles déplorent notamment le maintien de la durée de rétention à 45 jours, alors que « plus la rétention est longue, plus la probabilité d’éloignement s’amenuise ».

Source:http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/11/18/97001-20141118FILWWW00143-sans-papiers-les-associations-alarmees.php

Posted by: | Posted on: novembre 17, 2014

Saint-Jacques-de-la-Lande. « Parloir sauvage » avec les sans-papiers


Saint-Jacques-de-la-Lande (35)… par Letelegramme
Dans le cadre d’une mobilisation nationale organisée, hier, contre les Centres de rétention administrative (CRA), une quarantaine de personnes se sont rassemblées devant celui situé à Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. À l’appel notamment du Collectif de soutien aux personnes sans papiers, du Mrap ou encore du Conseil des migrants de Rennes, les manifestants entendaient, une nouvelle fois, réclamer, notamment, « la fermeture de l’ensemble des CRA et la régularisation de tous les sans-papiers ». Munis d’escabeaux, les participants à ce rassemblement ont organisé comme à leur habitude un « parloir sauvage » avec les retenus. « Si l’assignation à résidence est actuellement développée en priorité comme alternative à la rétention, on constate que, parallèlement à ça, aucune fermeture de centre de rétention n’est envisagée », a expliqué, hier, une militante du Mrap. D’une capacité de 60 places, le CRA de Saint-Jacques-de-la-Lande compte aujourd’hui 39 personnes, dont deux femmes

Source http://www.letelegramme.fr/bretagne/saint-jacques-de-la-lande-parloir-sauvage-avec-les-sans-papiers-16-11-2014-10426117.php

Posted by: | Posted on: novembre 15, 2014

VIDEO. Hassan, lycéen le jour, SDF la nuit

Une caméra de l’Autre JT, sur France 4, a suivi la longue nuit d’errance d’un lycéen de Seine-Saint-Denis, sans papiers, et sans domicile fixe. Un reportage choc.


Il s’appelle Hassan, il a 17 ans, et prépare un CAP de mécanique dans un lycée de banlieue au nord de Paris. Un lycéen presque comme les autres -sauf qu’Hassan est SDF. Sans papiers, sans famille pour l’héberger, il dort où il peut, parfois sous les ponts.
Mylène Massé, une journaliste de l’Autre JT l’a suivi toute une nuit pour mieux comprendre sa situation. Un reportage de six minutes dans lequel Hassan, qui témoigne à visage caché, dit sa honte de vivre dehors et de ne pas pouvoir se laver tous les jours. « Je n’arrive pas à croire que je suis devenu un clochard », commente-t-il.
Certaines nuits, le lycéen peut tout de même compter sur l’antenne locale de la FidL, un syndicat lycéen, pour l’héberger dans un petit bureau absolument pas adapté, mais qui a accueilli jusqu’à 23 jeunes simultanément. Parfois, Hassan réussit à trouver une place dans un hôtel, même si, sans pièce d’identité, c’est parfois compliqué. Et le matin, il faut retourner au lycée, comme si de rien n’était.
D’après le Réseau Education sans frontières, il y aurait en France 8000 mineurs étrangers isolés. Des jeunes rarement pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance car, faute de papiers, ils ne peuvent prouver leur âge.

Source http://www.lexpress.fr/actualite/societe/video-hassan-lyceen-le-jour-sdf-la-nuit_1622367.html#mbcz7HLWZU0SEA7K.99